collectif-ltce-eradication-travail-mineures

EXPLOITATION DES « PETITES BONNES » AU MAROC : Peu de partis ont pris des engagements explicites à agir pour l’éradication de l’exploitation des mineur(e)s dans le travail domestique. Alors que l’USFP et le PAM ont traité la protection de l’enfant de manière générique, le PPS et la FGD ont présenté des actions spécifiques : 

1. Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) : page 11/27 (version française) : « Mettre à profit le délai de transition, prévu par la loi, de porter l’âge minimum du travail domestique à 18 ans pour METTRE EN PLACE UN PLAN DE REINSERTION DES TRAVAILLEURS MINEURS ET SURTOUT LES JEUNES FILLES DE 16 A 17 ANS, EN ETROITE COLLABORATION AVEC LES ASSOCIATIONS DE LA SOCIETE CIVILE, afin de les réintégrer, à travers une formation spécifique adaptée et notamment le programme d’alphabétisation des jeunes déscolarisés, dans le système d’éducation et de formation professionnelle ».

Le PPS s’engage par ailleurs à PRENDRE LES INITIATIVES, SUR LES PLANS POLITIQUE ET JURIDIQUE, POUR REDUIRE AU MAXIMUM, VOIRE SUPPRIMER CE DELAI DE TRANSITION.

2. Fédération de la Gauche Démocratique (FGD) : page 34/62 (traduit de l’arabe) : « Appliquer IMMEDIATEMENT LA LIMITATION A 18 ANS de l’âge d’accès au travail domestique ; INTERDIRE « L’EMPLOI » DE TOUTE PERSONNE MINEURE NOUVELLE, à partir de l’entrée en vigueur de cette disposition ; Engager un plan d’action efficace daté pour REGULARISER LA SITUATION DES DIZAINES DE MILLIERS DE MINEUR(E)S EN SITUATION D’EXPLOITATION au moment de l’entrée en vigueur de cette disposition ; Engager un PLAN D’ACTION DE SENSIBILISATION DE LA POPULATION sur les droits de l’enfant et sur les dangers du travail domestique ».